27 décembre 2019

Testeur d'écart de haute tension pour les problèmes de WTG LPS-
Tirer

À l'heure actuelle, la plupart des tests de conductivité des pales d'éoliennes (WTG) sont réalisés via un accès par corde : seule la pale est mesurée, du pied de la pale aux récepteurs. Lorsque nous déployons la technologie robotique Aerones pour effectuer des mesures de LPS, nous utilisons de longs fils pour effectuer un test de circuit complet afin de vérifier si, en cas de foudre, la charge sera correctement mise à la terre.

Le test du circuit complet nous permet également de trouver les connexions manquantes du système LPS de la WTG, c'est-à-dire entre le moyeu et la nacelle, la nacelle et la tour, etc.

Si l'éolienne comporte des éclateurs, des paratonnerres roulants ou des balais de carbone, nous créons un shunt, c'est-à-dire un pont, entre ces éclateurs.

Voici à quoi ressemblent nos rapports d'inspection LPS. Nous indiquons la mesure exacte de la résistance pour chaque récepteur.

D'après notre expérience, il y a de nombreux cas où il n'y a aucune lecture pour l'ensemble de la lame WTG. Dans de tels cas, nous pouvons effectuer un dépannage pour localiser la cause du problème au sein du LPS.

Le premier type de dépannage consiste à mesurer l'extrémité de la lame WTG jusqu'à chaque récepteur : nous plaçons une extrémité de la sonde Megger sur l'extrémité de la lame (l'équipement que nous utilisons s'appelle une "chaussette") tandis que l'autre extrémité de la sonde sera amenée par le robot jusqu'à chaque récepteur. Il existe un type spécial de "chaussette" pour les pointes de lames métalliques ainsi que pour les pointes de lames avec un récepteur. Dans les deux cas, nous pouvons mesurer de la pointe à chacun des récepteurs. 

L'autre type de dépannage consiste à effectuer les mesures depuis le pied de la lame WTG jusqu'à chaque récepteur. Nous constatons que dans la plupart des cas, le problème se situe quelque part entre le dernier récepteur et le pied de la lame. La situation la plus courante est un fil cassé ou un problème dans le boîtier d'enregistrement de l'éclairage.

Pour le type de cas où il existe des problèmes de fuite, des fils cassés ou des écarts, qui se forment généralement au fil du temps en raison de changements de température, de différents coefficients de dilatation des matériaux, de dommages mécaniques, d'oxydation ou d'autres raisons, ici, chez Aerones, nous avons développé un équipement spécial pour tester la continuité à l'intérieur du LPS où les méthodes de mesure classiques ne fonctionnent pas : normalement, des Ohm-mètres à faible résistance, avec une plage de mesure allant jusqu'à 2 kΩ, sont utilisés. S'il y a un éclateur dans le LPS, la résistance peut dépasser une gamme de 100 kΩ (et même MΩ).

Le testeur de gap à haute tension génère des impulsions à haute tension pour surmonter la résistance diélectrique du matériau entre les conducteurs. Ainsi, nous avons la possibilité d'ajuster la tension de sortie en modifiant la distance entre les électrodes de l'étalon et, ce faisant, nous pouvons déterminer l'importance de l'écart dans le LPS.

Nous créons l'étincelle, qui traversera toujours l'espace le plus court. Si, par exemple, dans la lame du WTG, l'espace entre deux fils du conducteur est de 1 cm et dans notre équipement de test de 2 cm, l'étincelle traversera le fil de la lame.

Si l'écart dans la lame est, par exemple, de 2 cm et sur le sol de 1,9 cm, l'étincelle sautera à travers l'écart dans le sol.

En effectuant ce type de test, il n'est pas possible d'endommager quoi que ce soit à l'intérieur du groupe électrogène. À titre de comparaison, le niveau de tension d'un coup de foudre varie entre 10 et 120 MV. Nous utilisons des impulsions de 100 kV : des centaines de fois plus petites que la foudre.

Aerones
Postes effectués : 53

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *